Rolls Royce Silver Shadow 1968

Caractéristiques

  • Marque: Marque
  • Modèle: Silver Shadow I
  • Mise en circulation: 29/03/1968
  • Kilométrage: 116 000 kms
  • Prix: VENDUE
  • Garantie: 6 mois

Services optionnels :

  • Livraison possible dans toute la France.
  • Extension de garantie jusqu'à 12 mois.
  • expertise du véhicule
FacebookTwitterGoogle Bookmarks

Il arrive parfois que notre quête permanente de belles autos soit récompensée, et que de véritables « perles » nous arrivent miraculeusement.

C'est le cas de cette rarissime Silver Shadow, remisée dans les sous sol d'un immeuble parisien depuis 1992.

Sa découverte fut un moment intense, et aussi un véritable saut dans le temps, lorsque nous avons pénétré dans l'habitacle, que personne n'avait foulé depuis plus de 20 ans.

Il s'agit de la première déclinaison de la Silver Shadow I, produite entre 1966 et 1968, avec notamment le tableau de bord très riche en boiseries, les pic nic tables et les déflecteurs ouvrants.

C'est à notre sens la plus désirable de toutes les Shadow, tant ce modèle bénéficie d'une quantité de détails de finition qui seront hélas supprimés au fur et à mesure des nouveaux millésimes, pour des raisons sécuritaires.

Cerise sur le gâteau, le mariage du Tudor Grey pour la peinture, et d'une sellerie Red est probablement l'une des combinaisons les plus belles qui soit.

Vendue en mars 68 par la Franco Britannic, nous ignorons son histoire jusqu'en 1979, date à laquelle elle fut acquise par son dernier propriétaire, promoteur immobilier, résidant à Neuilly.

Parmi toutes les affaires retrouvées dans la voiture, quelques factures d'entretien prouvant que ce dernier entretenait parfaitement son auto, et l'utilisait très régulièrement, jusqu'au début des années 90. Un jour de 1992, la Rolls entra dans le garage d'un immeuble parisien, propriété du promoteur, pour ne plus jamais en re sortir. Elle aurait simplement changé d'emplacement en 2011.

Les conditions de stockage, idéales, ont permise une parfaite conservation de l'ensemble de la voiture.

Une fois rapatriée dans nos locaux, nous avons pu examiner la voiture, et découvrir un état de conservation exceptionnel, avec, sans doute, seulement 116 mkms d'origines. Nous n'avons décelé aucune trace de corrosion, ni d'accident.

Simplement repeinte dans les années 80, cette Shadow a conservé toute son « âme », ayant évité les affres d'une mauvaise utilisation et les interventions malheureuses que bon nombre de ses sœurs ont pu connaître.

Bien évidemment, un important travail de remise en route devait être fait. Parmi les postes importants, nous avons revus l'ensemble des circuits hydraulique, d'alimentation et de refroidissement, l'allumage, ainsi que bon nombre d'autres points, permettant une remise en route dans les règles, et une fiabilité sans faille.

Vous trouverez le reportage photos des travaux mécanique ci-dessous.

A cela viennent s'ajouter des travaux d'ordre cosmétique, avec le nettoyage et soin de la sellerie, des boiseries, et le polissage des chromes.

Equipée de pneumatiques neufs, nous utilisons aujourd'hui cette Silver Shadow quasiment quotidiennement, pour notre plus grand plaisir, et sans la moindre encombre, preuve de l'extraordinaire qualité de conception et de fabrication de ces autos.

La grande souplesse de fonctionnement des premières Shadow procure un agrément qu'on ne retrouve pas sur les modèles plus récents, avec cette sensation de flotter au dessus de la route, propulsé sans effort par le moteur de 6230 cm3.

A ce propos, le relevé de compression que nous avons fait atteste d'une mécanique en parfaite santé, et il suffit d'apprécier son étonnant silence de fonctionnement pour s'en convaincre.

Tous les équipements fonctionnent, jusqu'au moindre éclairage. Nous avons également remis en fonction la climatisation, équipement encore optionnel en 1968.

Seule une belle peinture, réalisée dans les règles de l'art, serait utile pour parfaire cette Shadow, même si elle présente déjà très bien en l'état.

Nous pourrions disserter des heures durant au sujet de cette Shadow, tant son histoire atypique, son état, ses couleurs, et le charme qu'elle distille nous séduisent.

Voici donc nos traditionnels clichés, qui, espérons le, vous aideront à vous faire une idée du caractère exceptionnel de cette Rolls Royce :

A l'extérieur

     
Refaite dans les années 80, nous jugeons la peinture indigne des standards de la marque, même si elle présente globalement bien.    
Pour qui le souhaite, l'antenne de téléphone peut facilement être retiré.    
     
     
 
  Nous avons installé des pneumatiques neufs, à flanc blanc.  

 
A l'intérieur

Ouverture sur un habitacle somptueux, parés des plus beaux matériaux.   Patinés juste ce qu'il faut, on ne résiste pas au charme de cet intérieur.
  Les boiseries et leur vernis, préservés des agressions du soleil, sont parfaites.  
     
Comment imaginer que cette banquette a été fabriqué il y a plus de 47 ans ?    
     
     
 
  Les moquettes du coffre sont également parfaitement conservés.  

 
En détails

La voiture avait été équipée de deux rétroviseurs, côté conducteur.   Un simple polissage a permis de redonner tout leur éclat aux chromes et aux inox.
  Apanage des premières Shadow, ces superbes déflecteurs disparaîtront en 1969, la climatisation étant dès lors livrée en série. En 69, le tableau de bord perdra de nombreux cm2 de boiseries, au profit de la sécurité. Sans doute était-il trop beau, distrayant le conducteur...
     
     
Commande de warning, ou comment joindre le beau et l'utile. Idem pour ces sublimes baguettes d'habillage, qui seront sacrifiés en 69. Les pic nic tables sont indissociables d'une Rolls, pourtant elles seront supprimées, pour ne réapparaître que bien des années plus tard.
  Elles pourraient être l’œuvre d'un grand designer, tant elles allient beauté et fonctionnalité. Mais en 68, ces poignées de portes, jugées trop saillantes, vivent leurs derniers jours...  
 
L'outillage de bord est complet, exception faites de quelques ampoules. Introuvables en Français, ces livrets valent à eux seuls le détour.  

 
A l'atelier

Moment d'émotion, à la découverte d'un vestige quasiment oublié.    
  Les soubassements sont parfaitement sains, pas la moindre trace de rouille.  
  Le très corrosif liquide hydraulique avait en revanche fait son œuvre, il fallait donc tout reprendre sur ce point. Une véritable soupe dans le réservoir hydraulique.
Les pompes hydraulique nécessitait une réfection.   Idem pour les carburateurs
Un des flotteurs des carburateurs, percés, a du être remplacé. Courroies, durits, fluides, filtres...après un passage en salle d'opération, le moteur a retrouvé un fonctionnement optimal.  
     
   
Protégés par une épaisse couche de poussière, les pare choc sont à présent très beaux.